Budgets et comptes

Le budget ordinaire 2018 de la Ville de Limbourg se clôture avec un boni au global de 21.274,94€. L'exercice propre est quant à lui en boni de 109.882,45€.

Nous observons 7.912.013,43€ de dépenses contre 7.890.738,49€ de recettes.

 

 I. Maintien du niveau de taxation inchangé durant toute la mandature

 

Cette information peut paraitre redondante mais nous avions promis en 2012 que nous ne toucherions pas à la taxation et c'est chose faite.

Il s'agissait là de l'objectif numéro un en termes de finances locales.

 

 

              II. Evolution des frais de transferts au cours de la mandature 

 

L'évolution des frais de transferts a été la problématique financière la plus importante à laquelle la Ville de Limbourg a été soumise au cours des 6 dernières années. En effet, si l'on part du principe qu'une évolution naturelle annuelle de 2% est acceptable, cela aurait dû se traduire par une augmentation de ces dépenses de 12,62% sur la mandature. Or, lorsque l'on s‘intéresse de plus près à l'évolution des 4 piliers en dépenses de transferts, à savoir, la zone de secours, la zone de police, le CPAS et les fabriques d'églises, on constate que leur demande en financement à grimper de 28,10%, soit 306.663,14€ en à peine 6 exercices.

Il a souvent été répété au cours de la mandature que la pression sur les communes s'accentuait d'année en année, les graphiques ci-dessous en sont une parfaite illustration :

 

        III. Evolution des principales recettes communales

 

Lorsque l'on compare à l'évolution des principales recettes communales, à savoir, le fonds des communes, l'additionnel à l'IPP et les centimes additionnels (PRI), on constate, cette fois que celles-ci ne sont en augmentation que de 7,55%, alors qu'une indexation dite naturelle de 2% représenterait 12,62% sur la mandature.

Zone de Texte: •	Evolution des frais de transferts : +28,10%
•	Evolution des principales recettes communales : +7,55%

Donc pour résumer :

En valeur absolue, l'augmentation de 481.236 ,75€ de ces recettes est utilisée pour 64% pour compenser l'augmentation des recettes de transferts ne laissant qu'un peu moins de 175.000€ pour financer l'indexation du reste du budget, soit les 820.000€ correspondant à l'indexation naturelle des quelques 6,5 millions d'euro de dépenses restants.

Pour faire simple, les principales recettes de transferts dont le poids dans nos recettes globales est de 55% augmentent de 7,55% sur 6 ans ; tandis que nos dépenses de transferts dont le poids dans nos dépenses globales est de 18% augmentent, elles, de 28,10%. Cela résumé parfaitement l'équation que nous avons eu à résoudre tout au long de la mandature.

 

 IV. Evolution de la charge de la dette 

 

Le graphique ci-dessous reprend les investissements cumulés (en orange) de la ville de Limbourg depuis le début de la mandature et l'évolution de la charge de la dette sur notre budget ordinaire (en bleu).

Nous constatons un taux d'endettement de 8,30%, très en deçà du premier seuil d'alerte (12,5%) combiné à des investissements fort importants puisque ceux-ci atteindront presque la barre des 20.000.000€ sur l'ensemble de la mandature.

Nous avons donc réalisé/mis en œuvre des projets de grande envergure tout en n'altérant pas la capacité d'emprunt de la ville et donc sa capacité à continuer à mettre sur pied de nouvelles politiques à l'avenir.

 

              V. Evolution des fonds de réserve

 

Un des principaux objectifs de la mandature a également été de constituer des réserves financières ordinaires pour trois finalités bien différentes :

  1. Préserver un fonds de roulement suffisant et donc une trésorerie saine
  2. Transférer des moyens financiers des réserves ordinaires vers les réserves extraordinaires afin d'éviter au maximum le recours à l'emprunt pour financer nos investissements ;
  3. La modernisation et la pérennité de notre réseau d'eau.
  4.  

              VI. La continuation des projets 2017

 

Modification du système d'éclairage du hall sportif (28.000€), Thier de Villers (750.000€), Classes de formation à la caserne des pompiers (200.000€), Plaine de jeux (857.000€), Rénovation de la Vespasienne (29.000€)

 

              VII. Les nouveaux projets 2018

 

Exhumation de tombes au cimetière de Goé (22.000€), Remplacement du module de jeux à la plaine de jeux (20.000€), Remplacement du camion des maçons (33.000€), Réfection de la place Saint-Georges (1.318.000€), Investissement dans le réseau d'eau (350.000€), Achat du site Hoeck + Aménagement en parking (230.000€), Honoraire pour réfection de Villers (20.000€), Réfection de diverses voiries (200.000€), Propreté, achat d'une désherbeuse thermique (45.000€)

 

            VIII. Conclusion

 

Ce budget présente les mêmes caractéristiques que les précédents. Il se veut ambitieux mais néanmoins réaliste et respectant le principe élémentaire de précaution. Malgré l'importance de l'augmentation des dépenses auxquelles la ville doit faire face, le budget 2018 présente un boni de 21.274,94€ tandis que les réserves ordinaires augmentent à nouveau sensiblement de 6.000€.

Nous insistons également sur l'importance de la maitrise des dépenses (incompressibles) liées à l'endettement communal qui reste parfaitement stable (8,3%).